Une femme sur le chemin … vers où ?

Une femme sur le chemin … vers où ?

J’ai envie de vous partager qu’est ce qui fait que je me sens constamment en chemin, phrase typique du développement personnel, mais qu’est ce que ça veut dire réellement, quel chemin, et .. pour aller où?

Je suis une femme de 48 ans, j’ai deux magnifiques filles de 19 et 17 ans. Rien qu’en évoquant ces quelques chiffres, je suis traversée par des émotions diverses. A la fois très fière, je dis souvent que mes enfants sont ma plus belle réalisation dans ma vie, j’ai juste a-do-ré toutes ces années passées auprès d’elles, à jouer à fond mon rôle de maman, à avoir des magnifiques moments de complicité, d’éclats de rire, mais aussi à courir partout, à gérer les rendez-vous chez le médecin, à la piscine, au volley, à l’escalade, chez les copines et faire les courses et le ménage, gérer les devoirs, et travailler 4 jours sur 5, faire du sport et… oui tout à fond !!! J’étais majoritairement seule avec elles depuis qu’elles ont 3 et 1 an, comme elles étaient petites, nous avons choisi que j’ai la garde, et juste une soirée par semaine et un we sur 2 chez leur papa… alors oui avec le recul, ce furent de magnifiques années, et pourtant émotionnellement c’était compliqué pour moi.


Compliqué parce que l’homme que j’aimais, avec qui j’étais depuis les bancs de l’école et mes 20 ans, qui me faisait rire, que j’avais épousé et avec qui j’ai eu deux beaux bébés, a décidé de se passer de moi… comme ça… et surtout parce qu’il avait rencontré quelqu’un d’autre.. Alors la fille sympa, dévouée, et qui n’avait jamais trop réfléchi sur sa vie et la vie en général s’est pris une grosse claque.. En quelques secondes, un gouffre s’est ouvert sous mes pieds, et plus vite que l’éruption d’un volcan, j’ai perdu confiance et estime de moi, et même de m’entendre dire qu’on avait « rien à me reprocher », comment ne pas ressentir de la culpabilité, de la honte, de la colère, de l’injustice, de la tristesse ? Et de me retrouver couchée par terre dans la chambre de ma fille pendant leur absence, à verser toutes les larmes de mon corps.. Lors de ces instants là, j’ai sincèrement cru que je n’arriverai pas à remonter la pente, refaire surface, être à nouveau heureuse… A cette époque là, je ne faisais ni thérapie, ni Tantra.. rien du tout de travail sur moi… Mais être là pour mes enfants est ce qui avait le plus de sens dans ma vie, alors j’ai tout donné là… et j’ai continué, et j’ai ramé.. pas tant à la surface, mais dessous, bien en dessous, dans les recoins de mon corps, de mon cœur, de mon âme, que c’était dur… parce que je ne savais pas quoi faire avec ces émotions, elles pouvaient me submerger. Alors par plus de facilité, j’ai construit une petite maison de briques autour de mon cœur, vous savez, celle qui résiste le mieux au grand méchant loup, comme ça je me sentais en sécurité!


Et j’ai continué à parcourir la vie et faire des rencontres comme ça.. avec ma blessure et toutes mes émotions bien enfermées dans ma maison de brique, et j’ai pensé que ça allait le faire.. Alors oui ça a marché un temps puisqu’il fallait survivre, et c’était mon mécanisme de défense, alors je le remercie pour avoir joué son rôle… mais c’est lourd la brique, et puis peu à peu, je ne savais plus où j’avais mis les clés ! On peut dire que pendant des années, je n’étais pas vraiment en chemin vers moi, mais je faisais des tours de quartier, et je rentrais à la maison, en terrain connu, presque confortable. J’ai eu la chance d’avoir des amies merveilleuses avec qui j’ai beaucoup échangé, discuté et ri autour d’un verre, je les remercie de tout cœur. Puis les filles ont grandi, j’ai pris un peu d’âge… et la vie m’a présenté d’aller en séances individuelles de thérapie. Je peux dire que j’ai beaucoup aimé ces moments là, parler de moi, et être écoutée, soutenue, entendue, que c’était bon. Je suis sortie de toutes les séances beaucoup mieux que j’y étais arrivée, j’avais enfin entrepris de prendre du temps pour moi, et de comprendre, faire du lien, et petit à petit alléger mes peines. Je conseille à tout le monde de voir un thérapeute, c’est de l’hygiène de vie tout simplement ! Et que mon mental est content et satisfait ! il adore tellement comprendre, avoir raison, avoir de la précision dans les mots.. Le seul « hic », c’est que les émotions enfermées à l’intérieur de moi ne demandaient qu’à se représenter, encore, et encore et encore, et ça faisait toujours aussi mal.. alors pourtant j’avais tout compris non?


Puis ma rencontre avec Karl m’a menée sur la voie du Tantra. Et la ma vie a changé, tout simplement. mais quoi précisément Céline? et bien je me suis retrouvée dans des pratiques où l’émotion est venue frapper à ma porte à nouveau. Car la vie nous ressert inlassablement des situations qui se répètent jusqu’à ce qu’on accepte de les regarder vraiment… Et l’invitation du Tantra est de ressentir cette émotion dans son corps, et de la laisser s’exprimer pleinement, de la vivre, en pleine confiance, en pleine bienveillance, dans un cadre sécurisé, et cela apporte de la libération, de la transformation pour mettre cette émotion au service de la vie. Alors j’ai tapé dans des coussins, j’ai pleuré toute ma tristesse de l’amour perdu, j’ai crié toute ma rage de la trahison, j’ai laissé coulé la culpabilité de n’avoir pas su garder mon mari, la honte de ne pas offrir à mes enfants un couple parental stable… Raaaaaa ! Et pas tout en une fois, car il faut y aller couche par couche, comme les oignons dit-on… Et le cadeau qui est venu après est qu’il y avait à nouveau de l’espace dans mon corps et dans mon cœur pour mettre des belles choses, de la joie, de l’amour. Et les bonus, c’est de sentir l’énergie s’écouler plus librement en moi, et de pouvoir aller à la rencontre de moi-même. Cela signifie pour moi me rencontrer vraiment avec authenticité, accueillir la belle personne que je suis, être bienveillante avec moi, me soutenir et soutenir ma petite fille intérieure quand elle en a besoin, et m’aimer. Et aussi voir et reconnaitre ces parties de moi qui me font encore souffrir, avec lesquelles je ne me sens pas tout à fait en accord, et qui font que mes relations aux autres ne sont pas toujours fluides, et prendre ma responsabilité. Mes responsabilités en fait.. Par exemple, celle de voir que je peux parfois être à l’origine d’un conflit relationnel avec mon partenaire, juste parce que je veux avoir raison.. que je ne suis donc pas toujours une victime de l’autre qui ne fait jamais ce qu’il faut… Celle aussi de voir que je déteste qu’on me dirige, commande, alors que je passe plutôt pour une bonne suiveuse de manière générale, et avoir peur d’être dominée par l’autre me fait prendre du pouvoir sur lui en étant rebelle, contrôlante. Alors je peux creuser ces point là ( parmi d ‘autres) avec l’aide de ma thérapeute. Et prendre la responsabilité de faire des demandes claires, de nommer quand j’ai besoin d’être en relation, ou de prendre du temps pour moi, de parler de moi, de mon ressenti et de ma vérité. De prendre la responsabilité de mes émotions, l’autre ne les provoque pas, c’est moi qui ressens ce que je ressens face à une situation, sans doute une réminiscence d’une blessure d’enfant qui se rejoue là.


Et petit à petit, je parcours mon chemin de vie. Mon chemin? C’est celui qui me mène à me connaitre de mieux en mieux , pour savoir qui je suis, ce que je veux et ne veux pas, ce qui me met en joie et me rend triste, ce qui me fait vibrer, sans chercher à être parfaite, juste à être. Et je crois sincèrement que c’est le travail d’une vie.
Car oui…. je suis une femme de 48 ans, alors très fière du temps passé et de mes enfants, et aussi à l’approche de la fameuse cinquantaine.. Et maintenant, je sais. JE SAIS que je passerai les 50 prochaines années (! ) à continuer ce chemin de rencontre avec moi pour être de plus en plus souvent en Amour. JE SAIS que la vie va me présenter encore plein de peines à traverser, de douleurs, de conflits, de deuil.. et que je pourrais trouver les ressources pour les traverser, être présentes à mes émotions et leur laisser de la place. JE SAIS que je veux continuer à pratiquer le Tantra pour moi, pour me sentir vivante, en lien profond avec moi, ancrée, puissante, jusqu’à la fin, car il n’est pas besoin de faire de grands mouvements pour être proche de son cœur. JE SAIS que tant que je pourrais je me mettrai aux services des autres, des hommes et les femmes en chemin, comme toi, pour aider chacun à mettre de la lumière et de la conscience sur les parties de lui qui sont encore dans l’ombre, pour que chacun puisse aller à la rencontre de lui-même et être de plus en plus souvent en Amour. Et danser, chanter, vibrer, rire, pleurer, sauter, célébrer.

Céline

Et pour plus d’inspirations:

Venir à un stage de Tantra, pourquoi faire le pas

Stage de Dark Eros pour transformer ses ombres en lumière

close

Envie de Tantra ?

Nous vous offrons une pratique énergétique pour développer conscience et ressenti

Laisser nous vos coordonnées
et recevez toute notre actualité et offres spéciales

Cet info plaira aussi à vos amis. Partagez-leur du Bonheur !